top of page

A Vitry comme ailleurs, il reste beaucoup à faire pour éradiquer inégalités et violences faites aux femmes !

Retrouvez la tribune du mois de mars du groupe Vitry en Mieux par Karen Degouve



Après la création de la Maison des Femmes, projet que nous défendons depuis 3 ans, nous proposons la mise en place du congé menstruel pour les agentes de Vitry.

 

Le 8 mars dernier, journée internationale des droits des femmes, nous étions en grève féministe et dans la rue pour manifester contre l’inaction du gouvernement face aux inégalités de genre et violences sexistes et sexuelles. En France en 2024, les femmes salariées gagnent toujours en moyenne 23 % de moins que les hommes et leurs pensions de retraites sont 40 % inférieures. D’année en année, les statistiques démontrent que la pauvreté se féminise. La détérioration des services publics de santé, d’éducation, de petite enfance ou encore de perte d’autonomie pèsent surtout sur les femmes qui pallient le manque, conséquence d’une répartition sexiste des tâches domestiques et d’éducation dont elles effectuent les ¾, ce chiffre restant inchangé depuis plus de 20 ans. Elles sont les premières victimes du mal logement, en particulier les femmes seules, les mères isolées et les victimes de violences conjugales. Les féminicides explosent depuis le début de l’année : en France, en 2024, une femme est tuée tous les 2 jours par son compagnon ou ex-compagnon, dont tristement une jeune vitriote en février dernier.

 

Ça devait être la « grande cause du quinquennat », mais faute de moyens et de réelle volonté politique, l’Etat est incapable de protéger les femmes victimes de violences. Il faudrait 3 milliards d’euros pour des lieux d’accueil, d’écoute, de prise en charge des femmes, et pour former correctement les personnels qui les accueillent (police, justice, santé). Mais le budget dédié à la lutte contre les violences sexistes et sexuelles vient encore d’être amputé de 7 millions d’euros, et le soutien sans fard de Macron à Depardieu en dit long sur son mépris à l’égard des victimes. A cela s’ajoute le « réarmement démographique » voulu par le président, un discours insupportable qui reprend les positions natalistes de l’extrême droite et réduit les femmes à leur fonction biologique.

 

Dans ce contexte, l’action municipale en matière d’égalité et de lutte contre les violences est essentielle pour pallier les déficiences de l’Etat. Nous saluons notamment les nombreuses actions de sensibilisation et l’avancée du projet de création d’une Maison des Femmes, projet que nous défendons depuis 3 ans. Nous espérons que ce lieu essentiel sera doté d’un budget conséquent, et qu’au-delà de la gestion des situations d’urgence, ce sera un lieu ouvert pour toutes les femmes, d’échange de savoirs et savoir-faire féminins. Nous avons demandé à participer au comité de pilotage du projet, sans réponse de la majorité municipale pour le moment.

 

Soucieux de toujours faire Vitry en mieux, nous avons de nombreuses autres idées pour réduire les inégalités de genre qui perdurent dans l’espace urbain à Vitry, renforcer l’inclusivité des politiques publiques de la ville en direction des personnes LGBTQIA+, améliorer le bien-être des agentes. Nous proposons par exemple que la ville, en tant qu’employeur, officialise le congé menstruel : la possibilité pour les femmes de s’arrêter de travailler en cas de règles douloureuses. Nous porterons cette proposition lors du prochain conseil municipal.

15 vues0 commentaire

Comments


bottom of page